Lise Pressac

Journaliste, animatrice, chroniqueuse radio et télé
Le Monde du 21 novembre 2003 acheté place Taksim à Istanbul

10 ans entre deux Monde

30 août 2013 by Lise Pressac
Le Monde du 21 novembre 2003 acheté place Taksim à Istanbul

Le Monde du 21 novembre 2003 acheté place Taksim à Istanbul

 

C’était il y a bientôt dix ans.

Nous sommes le 20 novembre, un attentat vient de se produire dans mon quartier.

Ce n’était pas la première fois.

Le premier avait eu lieu cinq jours plus tôt.

J’avais alors évidemment appelé ma mère et pas attendu de lui envoyer un mail, comme j’essayais de le faire le plus souvent possible, depuis le cyber café à quelques rues de mon appartement stambouliote.

La nouvelle n’avait pas encore eu le temps d’arriver en France, je n’ai donc pas eu besoin de la rassurer.

Le bruit des hélicoptères survolant mon immeuble, les familles se pressant devant l’hôpital près de chez moi où était affichée la liste des blessés, mon sentiment d’impuissance.

Ma peur.

J’ai ressenti le besoin de coucher tout cela sur le papier.

Un mail que ma mère a trouvé bon d’envoyer au Monde et que le journal a trouvé bon de publier (modifié et raccourci) dans le courrier des lecteurs le lendemain.

courrier des lecteurs monde 21 novembre 2003

Quand on est journaliste on vous demande souvent depuis quand vous avez la vocation pour ce métier vers lequel il est impensable de se tourner sans ce fameux « appel ».

Moi je ne l’ai jamais entendu.

Comme beaucoup d’enfants j’ai voulu faire de nombreux métiers : pédiatre, puéricultrice… avant de comprendre que les maths me barreraient la route.

L’enseignement ? Oui, et puis finalement non…

S’il fallait dater cette envie de devenir journaliste ce serait cette fameuse année Erasmus entre 2003 et 2004 passée à Istanbul, où j’ai davantage fait du tourisme qu’écrit une maîtrise de lettres.

Parce qu’une de mes colocataires, devenue amie, comptait le devenir (et l’est devenue) et parce qu’il y a eu ces attentats.

J’ai éprouvé ce besoin de raconter ce qui se passait, de dire ce que les médias français se contentaient de « bréver » en deux minutes en fin de journal télévisé.

J’apprendrai plus tard en école de journalisme cette fameuse loi de la proximité.

Celle qui fait qu’un JT accorde plus de place au fait divers arrivé à quelques kilomètres de chez vous qu’à une guerre qui se joue à des milliers.

 

Ensuite les heureux hasards de la vie, les concours de circonstances (plus que les concours d’entrée), la ténacité et le travail ont fait que j’exerce depuis huit ans ce beau métier.

Je n’ai pas pour autant eu le goût du reportage de guerre.

Je n’ai eu peur qu’une fois dans ma vie et c’est un sentiment que je souhaite ne jamais éprouver à nouveau.

Ce qui me pousse à faire ce métier ce n’est pas l’adrénaline mais la rencontre.

Pas celle des stars, même si c’est une chance immense de pouvoir approcher – même quelques minutes – des personnalités qu’on admire.

Notez que parfois on préfèrerait ne jamais les rencontrer et garder intacte l’image qu’on a d’eux (non je ne donnerai pas de noms).

Je parle de la rencontre avec des gens que vous n’auriez eu aucune raison de croiser et avec qui vous avez le temps de partager un moment.

Une infirmière qui se confie à vous.

Un agriculteur qui vous accueille chez lui.

Un peintre qui vous invite à manger des pâtes dans son atelier.

Le luxe absolu de ce métier.

 

A mes parents abonnés au Monde depuis toujours et chez qui la radio a toujours été allumée dans une, deux, voire trois pièces en même temps… Il n’y a pas de hasard

le monde radio 4 et 5 août 13

Le Monde supplément radio 4 et 5 août 2013

 

Be Sociable, Share!

Tags: , , ,

Posted in Non classé |

2 Responses to “10 ans entre deux Monde”

  1. gperrin dit :

    J’en profite pour lire un des plus longs billets que je lis de vous, (et oui j’étais plus habitué aux 140 caractères) et je ne cache pas mon bonheur et ne le gâche pas non plus à avoir l’honneur de le commenter. J’avais eu l’occasion de lire aussi celui « d’ indignez-vous », mais n’y ressentant pas la patte personnelle je restais sur ma faim.
    Je trouve votre style très saccadé, sans doute émane-t-il du sujet mais il va de toute évidence au-delà. Pour ne m’arrêter que sur un aspect, je souhaiterais juste mettre en lumière les silences. Oui, ce sont bien les silences qui nous interrogent et nous assourdissent à quelques instants.
    Derrière chaque évocation de rencontre, un silence, une respiration, une inspiration. J’en suis convaincu c’est la rencontre qui vous motive, qui vous emballent et qui vous pousse à aller plus loin. Le courage n’est pas celui d’affronter les guerres et les situations de violence comme on pourrait collectionner les trophées ou un enfant amasser les jouets. Il réside plutôt sans doute dans la rencontre, la confrontation et la perception de l’autre, des autres.
    Alors je sens bien que vos yeux s’écarquillent et votre cœur s’ouvre au risque de vous exposer, mais n’est-ce pas la première condition et exigence à la rencontre ?

  2. Caroline dit :

    Je vais faire lire ce billet à mon fils de 17 ans qui veut devenir journaliste.
    Merci Lise, heureuse de te relire ici

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>