Lise Pressac

Journaliste, animatrice, chroniqueuse radio et télé

Exil corrézien

24 février 2010 by Lise Pressac

Voilà ce que c’est que de s’absenter une semaine.

Cinq jours de tournage en terres corréziennes, de belles rencontres, des péripéties, du temps passé avec des gens, loin du web.

Et pourtant le clavier m’a démangé. Les sujets n’ont pas manqué.

Agacée j’étais devant cette mise en scène obscène dont seuls les Etats-Unis ont le secret.

Tiger Woods faisant son mea culpa devant les caméras. Après avoir trompé sa femme il trompe son monde. Ce n’est pas sa confiance qu’il veut reconquérir mais bien évidemment celle de ses sponsors.

Mascarade médiatique qui a fait le tour des écrans du monde, même le Dalaï-Lama y est allé de son conseil de sage au golfeur repenti.

La foi, voilà le secret pour « l’auto-discipline ». Pas sûr que cela lui suffise. Pas sûr non plus que ce soit sa prétendue « addiction sexuelle » le problème.

De l’énervement encore en apprenant que l’info avait un prix : 10 millions d’euros dépensés jusqu’à présent pour tenter de libérer les deux journalistes enlevés en Afghanistan, selon le chef d’état-major des armées.

La direction de France Télévisions s’interroge sur la pertinence d’une telle déclaration, ils ne sont pas les seuls…

Cette semaine où l’Islam s’invite de nouveau dans le débat sous la forme d’un hamburger.

Un Quick de Roubaix ne propose plus que de la viande hallal, le maire crie au scandale.

Moi ce qui m’a frappé c’est que la version classique au bacon a l’air tout aussi immangeable que la version hallal à la dinde fumée.

N’y voyez pas une prise de position communautariste, la marque ne fait que surfer sur un marché qui fait recette.

Et Total qui n’en finit pas de faire des bénéfices. Et licencie. Des salariés qui bloquent les raffineries. Des automobilistes bientôt privés d’essence ?

S’il faut en passer par là pour s’apercevoir que quelque chose ne tourne pas rond ça vaut bien quelque pompes à sec.

Pendant ce temps-là la disparition à 90 ans de Walter Frederick Morrison, l’inventeur du frisbee, est passée totalement inaperçue.

Voilà c’est ça l’info vue dans le rétro une semaine après, ça fait aussi mal qu’un retour de frisbee dans la figure.

Be Sociable, Share!

Posted in Non classé |

One Response to “Exil corrézien”

  1. La chouette dit :

    J’ai toujours préféré le jokari au freesbee. On peut prévoir les retours …et anticiper.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *